Clostridium difficile

C. difficile est l’une des nombreuses bactéries qui évoluent dans l’environnement et les intestins. Chez la plupart des gens, cette bactérie ne pose pas de risque pour la santé. Cependant, il arrive que les patients contractent une maladie associée à C. difficile (MACD) après avoir pris des antibiotiques. Les antibiotiques agissent contre l’ensemble des bactéries, c’est-à-dire contre les mauvaises, mais aussi contre les bonnes. La diminution du nombre de bonnes bactéries entraîne la multiplication de C. difficile, causant de la diarrhée et des lésions aux intestins.

Les MACD sont la cause la plus commune de diarrhée infectieuse dans les établissements de santé. Les symptômes des MACD sont habituellement légers, mais peuvent parfois être plus graves. Dans les cas graves, il faudra peut-être opérer le patient, et dans les cas extrêmes, les MACD peuvent être mortelles.

Les taux de C. difficile sont le premier de huit indicateurs de sécurité pour les patients que les hôpitaux devront divulguer publiquement. Tous ces indicateurs seront affichés dans le site Web du ministère de la Santé et des Soins de longue durée ainsi que dans le site de chaque hôpital.

Il est important de comprendre que le signalement de ces taux n’est pas la solution globale qui permettra de réduire les taux d’infections acquises dans les hôpitaux. C’est plutôt un outil qui fournit aux hôpitaux l’information dont ils ont besoin pour mieux comprendre les risques auxquels sont exposés les patients et les aider à prendre des mesures pour améliorer les normes de sécurité.

Les rapports publics s’inscrivent dans le cadre d’autres initiatives, comme la campagne Lavez-vous les mains (programme d’hygiène des mains destiné à tous les hôpitaux de l’Ontario lancé en mars 2008), et de la création de 14 réseaux régionaux de contrôle des infections dans toute la province.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la fiche de renseignements sur le C. difficile à l’intention des patients.

Taux d’infection à C. difficile

Il est important de noter que le taux de C. difficile peut varier au cours d’une année pour différentes raisons. C’est d’ailleurs le cas de toutes les infections. Par exemple, nous admettons plus de patients souffrant d’une infection respiratoire en hiver. L’augmentation du nombre d’infections respiratoires entraîne bien souvent une augmentation du nombre d’antibiotiques prescrits, ce qui est un facteur déterminant dans l’apparition de nouveaux cas de C. difficile.

Une augmentation du taux de C. difficile peut aussi survenir pendant les périodes où les taux d’occupation sont élevés. L’augmentation du nombre de patients nous oblige nécessairement à les placer plus près les uns des autres. Cette proximité peut faciliter la propagation de C. difficile.

Lorsqu’il y a des cas de C. difficile, ils sont en général contenus dans un secteur limité ou une unité de l’Hôpital. De plus, il y a relativement peu de cas de C. difficile par rapport au nombre total de patients admis chaque année. C’est une information importante pour les patients et leur famille.

Cela étant dit, L’HTD surveille attentivement les mesures prises pour contrôler et gérer les nouveaux cas de C. difficile, conformément aux normes provinciales sur la gestion de C. difficile. Voici les mesures en question :

  • Nous isolons les patients qui ont ou qui pourraient avoir le C. difficile et mettons une blouse et des gants avant d’entrer dans leur chambre.
     
  • Nous veillons à ce que tous les patients qui ont ou qui pourraient avoir le C. difficile passent un examen de dépistage.
     
  • Nous rappelons à l’ensemble du personnel l’importance de bien se laver les mains.
     
  • Nous veillons à faire nettoyer correctement les chambres de tous les patients, y compris les chambres de ceux qui ont le C. difficile.
     
  • Nous renseignons les visiteurs sur la bonne façon de se laver les mains et les autres mesures de contrôle des infections.
     
  • Nous donnons des séances d’information au besoin pour que tous les membres de notre équipe soient informés des dernières stratégies de gestion de C. difficile.
     
  • Nous veillons à traiter correctement tous les patients qui ont le C. difficile.

 L’évaluation du Clostridium difficile

Le taux d’infection à C. difficile est calculé sous forme de ratio pour 1 000 jours d’hospitalisation (aussi appelés « patients-jours »). Le nombre total de jours d’hospitalisation désigne le nombre total de jours où l’ensemble des patients hospitalisés ont reçu des services pendant une période donnée.

Le taux est calculé comme suit :

Nbre de nouveaux cas d’infection à C. difficile acquise à notre hôpital x 1 000
Nbre total de jours d’hospitalisation (pendant un mois donné)

Taux

Les taux d’infection à C. difficile à L’HTD à partir de août, 2019:

C-Diff = 0.46

Les taux de tous les hôpitaux de l’Ontario

Renseignements pour les patients et la famille

Fiche de renseignements